Archive for the ‘plantes rares’ Category

LE SEMIS

Tout débute avec la fabrication d’un jouet : le sifflet. Vers l’âge de 9 ans, il fallait trouver dans la nature le matériel pour fabriquer un jouet : le sureau. Pour trouver cette plante, on traversait une forêt ou le quatre-temps (Cornus canadensis) poussait à l’ombre; cette plante était très utile pour apaiser sa faim. Un peu plus loin, dans un habitat moins xérique, poussait la clintonie boréale (Clintonia borealis), avec ses fruits bleus luisants qu’il ne fallait pas toucher à cause de sa toxicité. Je suivais mon ‘grand frère’ qui se dirigeait vers un endroit à sol plus frais où poussait le sureau.

Pour fabriquer un sifflet avec le sureau, on a choisi une section droite de la tige, sans nœud, et d’une longueur de 5 à 6 pouces de longueur et d’un demi-pouce de diamètre. Avec un clou de 6 pouces emprunté à mon père, on évidait en poussant l’intérieur liégeux de cette tige. Ensuite, il y avait un glissement d’écorce… Tout au long du parcours et de retour à la maison, il n’y a pas un moment où mon aîné ne m’instruisait pas de la rare biodiversité de l’Abitibi : un oiseau par-ci, un crapaud par-là, un champignon comestible…

L’été nous allions aux bleuets et l’automne nous récoltions le pimbina (Viburnum edule) pour que maman fasse de la gelée.

En 1955, nous déménageons à Rigaud, 500 km plus au sud, mais à 3 zones de rusticité plus chaude, (de zone 2 à zone 5, note de la carte de rusticité). C’est là que je découvre mon premier nid de colibri qui venait de s’abreuver sur une lobélie (Lobelia cardinalis), mon premier polatouche planant d’arbre en arbre, mon premier crapet-soleil, le premier cypripède royal immortalisé sous un globe de verre par le Père Louis Genest c.s.v., professeur au Collège Bourget de Rigaud, fondateur du camp des jeunes écologistes du Centre écologique de Port-au-Saumon.

La montagne de Rigaud recelait une variété de biotopes, une faune abondante : le cerf de Virginie, la salamandre maculée. Plusieurs oiseaux y séjournent, dont le grand pic, le dindon sauvage, la gélinotte huppée, le hibou, la chouette…. Durant ces années d’apprentissage, avant l’âge de 12 ans, j’étais fier d’avoir coché sur une liste 162 sortes d’oiseaux.

 

LA PRÉ-ÉMERGENCE

C’est au cours des 6 années de mon secondaire et du collégial à Montréal que j’ai pu pratiquer ma curiosité et une rigueur scientifique; certains professeurs m’encourageaient à déborder ma recherche dans les forêts avoisinantes d’une institution d’enseignement. J’ai apprivoisé la langue latine en classe et en nature pendant ce temps. Vivant alors à Montréal, je fréquentais le Cercle des jeunes naturalistes, l’ACFAS… et souvent les rencontres avaient lieu au Jardin botanique de Montréal. Je commençais à réaliser que je ne savais pas ce que je ne savais pas.

LE MENTOR

Mon premier emploi fut avec les organismes les plus petits de la microbiologie sous la direction d’un des plus grands biologistes au Québec : Georges Préfontaine, inspirateur de la trempe de Marie-Victorin, Pierre Dansereau et Jacques Rousseau.

L’ABQ le cite : La biologie au Québec a été forgée par quelques pionniers dont Georges Préfontaine et Pierre Dansereau, qui demeurent des modèles très inspirants

Il m’a permis d’être en contact avec les biologistes de cette époque des années 60.

 

LE POUCE NOIR

Ensuite, pendant plus de sept ans, un nouvel emploi me prépare à l’horticulture. Comme soutien technique pour le département de recherche à Agriculture Canada, j’analyse en laboratoire les différents types de sols et le contenu chimique des feuilles de tabac. À travers ce travail routinier, il faut meubler mes temps libres en étudiant à l’université de Guelph. Tout en m’intéressant à la génétique et à l’hérédité, j’obtiens un certificat en horticulture avec cette université en touchant la pomologie, la physiologie, la pédologie, l’édaphologie, le design en aménagement paysager, l’entomologie, la pathologie, la floriculture, l’entreposage de matériaux vivants, l’identification des plantes, la participation aux expositions agricoles et l’entrainement des juges…

Cet employeur vient à reconnaître que j’ai acquis des connaissances suffisantes pour opérer dans les spécialités des domaines suivants :

  • Chimie analytique en phytotechnie et dans la science du sol
  • Langage informatique COBOL et statistiques de recherche
  • Taxonomie des insectes
  • Ornithologie
  • Physiologie des plantes
  • Relevé des maladies et prédateurs en agriculture
  • Bactériologie, mycologie, parasitologie et épidémiologie

 

Mes lectures et mes excursions sont alors orientées sur tout ce qui est nature et environnement. Chez moi, je cultive et crée des hybrides de la violette africaine comme passe-temps, en même temps que je teste les effets de mutagènes chimiques sur les gènes de cette plante. L’enregistrement des cultivars que j’ai créé se fait avec la AVSC (African Violet Society of Canada).

Avec les rumeurs de fermeture de cette ferme expérimentale du Ministère de l’Agriculture du Canada, je décide de mettre en pratique ce que j’ai appris et je pars avec mon petit baluchon de connaissances acquises en horticulture.

 

LE POUCE VERT

Dans les années 70, pour survivre à son compte, Il faut créer la demande en aménagement paysager. L’horticulture moderne n’étant pas encore populaire dans la région est de Montréal, je crée ma propre pépinière de production réduisant ainsi les coûts d’achats de matériel vivant provenant de l’Ontario. Pour réussir la propagation de plantes, je dois mettre en pratique les principes théoriques acquis sur la division végétative, la greffe, le marcottage. Je suis également des cours de perfectionnement :

  • À l’institut de technologie agricole de Saint-Hyacinthe : rocaille et vivaces
  • Au jardin botanique de Montréal : production en pépinière
  • À la SAJIB : les plantes indigènes comestibles, le bonsaï…
  • Fondation Henri Bernard : arboriculture et arbres à noix
  • À la commission scolaire de Laval : la décoration en aménagement paysager

Les associations et responsabilités :

À partir de 1975, je m’implique auprès de certaines associations :

  • Pierre Bourque alors horticulteur en chef au JBM de suggère de m’impliquer auprès de la S.A.J.I.B : c’est ainsi que je donne quelques cours, gère leur banque de semences principalement récoltées dans la collection de plantes au JBM.
  • Il y a eu aussi un comité des Floralies pour 1980. Pendant 2 ans, je fourni mon apport à ce comité et voyage près de Paris en 1979 aux Floralies Internationales; le Québec avait un kiosque créé par Milan Havlin. Je côtoie alors Daniel Fortin, Desnoyers, Desvoyault, Tony Huber.
  • Paul Pouliot, alors chroniqueur à La Presse, me demande de fonder une société pour les amateurs de violettes africaines.
  • Paysage Québec tenait ses rencontres annuelles en région métropolitaine, j’assiste à la première rencontre de fondation de Botanix, bébé issu de RONA.

 

Les cours donnés :

Ce que tu as appris, on te demande de le partager.

  • Rocailles (1978) : Guy Hains et Daniel Séguin, pour qui on a créé un jardin d’expérimentation, d’apprentissage et d’expérimentation à Saint-Hyacinthe, me demandent de donner quelques cours après qu’ils ont vu un reportage à la Semaine verte sur comment je concevais la réalisation de jardins de rocaille, genre de jardins que je répandais de Repentigny à Ville Saint-Laurent, en ne négligeant pas Laval et Longueuil.
  • Design naturel en aménagement paysager (1976-1979), au Jardin Botanique de Mtl : j’ai eu la chance d’avoir comme élèves Jean-Pierre Devoyault qui partira le Jardin de Jean-Pierre, Michel Corbeil qui fonde La Maison des Vivaces en 1980, Ronald Leduc qui offrira des chroniques à l’émission Fleurs et Jardins de Radio-Canada…
  • Horticulture de base et propagation avancée : au collège Bois-de-Boulogne, JBM (SAJIB)

 

Les réalisations en aménagement paysager : (1973-1979)

  • Boulingrin à Pierrefonds
  • Hotel Le Rigaud, Mtl, coin Sherbrooke et Berri
  • École des Hautes Études commerciales à Mtl
  • Radio-Canada, en collaboration avec Milan Havlin
  • L’aménagement autour d’une piscine (Decormag)

 

Les ressources humaines en aménagement paysager :

Au sein de mon bureau d’études en aménagement paysager j’ai eu la chance de guider quelques architectes paysagistes, certains ont atteint une notoriété internationale :

  • Lise Cormier (Mosaïcultures Internationales de Montréal)
  • Lena P.,
  • Edgar Tissot,

 

L’entreprise atteint 32 employés au plus fort de son existence.

 

MES PAYSAGES INTÉRIEURS

Pendant que cette fébrilité horticole m’envahit, je me retrouve en fin de semaine et parfois en semaine au JBM, à l’Alpinum ou à la bibliothèque où Pierre Bourque me remarque et me questionne sur mes intérêts. Je lui souligne que le jardin possède beaucoup de plantes de rocaille non disponibles sur le marché canadien me questionnant en même temps sur la disponibilité d’approfondir mes connaissances dans ce domaine. Il me répond que si je veux approfondir ce sujet, il faut que je m’expatrie en Europe ou aux E.U., ce que je fais par la suite.

 

À la conquête de l’Ouest

Après un an de visites de jardins botaniques et de préparation autour  de Washington, DC, j’établis ma demeure à Portland, Oregon pendant 3 ans. Près des monts Hood et Saint Helen, de la chaîne de montagnes Cascades, de la rivière Columbia, Siskiyou Rare Plant Nursery, Monrovia Nursery à Dayton, Iseli à Boring…

Avec le livre Flora of the Pacific Northwest: An Illustrated Manual by C. Leo Hitchcock, Arthur Cronquist, j’étudie la flore subalpine et alpine du Nord-Ouest de l’Amérique pendant mes fins de semaine de 2-3 jours. Je suis souvent à la bibliothèque de la ville où je photocopie plus de 700 feuilles sur les plantes alpines. J’assiste assidûment aux réunions du chapitre local de la NARGS (North American Rock Garden Society) internationale et je me rends aux visites ponctuelles de jardins de membres.

Question de me faire la main à la culture des plantes alpines, j’étudie en haute montagne les différents substrats de culture : sol alcalins, sol de volcan, perlite, tuf, roche plume (Feather rock), lave, pierre ponce…

Après 2 ans de familiarisation avec la flore endémique du Pacifique Nord-ouest, j’ai eu l’occasion de mettre à profit mes connaissances de la flore internationale : Leach Garden.

La ville de Portland avait reçu en don les 9 acres de la propriété de Jacob Johnson et Lilla Leach, grands introducteurs de plantes asiatiques et découvreurs de 5 plantes nouvelles, dont un arbuste vieux qui datait de 10 millions d’années. Il me fallait inventorier leur propriété qui contenait plus de 2 000 sortes de plantes de tous les pays; j’étais alors le seul botaniste horticulteur à Portland qui voulait relever ce défi. Ce que je fis et ma petite contribution favoriseront la création d’un jardin botanique encore très utilisé de nos jours pour l’éducation et la sensibilisation à la nature.

 

L’INCUBATION : Alpina Research :

Fondé en 1975, l’ONG Alpina Research devient une institution de d’enseignement et de recherches dans les années 80. J’écris dans leurs bulletins sur l’hybridation des Campanula et autres alpines pendant plus de 6 ans. Ce qui me permet de percer à l’internationale, d’échanger avec les spécialistes de plantes alpines de beaucoup de pays nordiques. J’assiste à une formation avec cette institution qui devait être assimilée plus tard par l’université du nord de l’état de Washington à Seattle, WA, E.U.. Les cours dispensés alors (1982-1985) étaient :

Collection of Natural Products Data
Developmental Biology
Ecology and Evolution
Global Ecology and Biogeography
Introduction to Environmental Studies
Nordic Botany
Plant Classification and Taxonomy
Plant Growth and Development
Plant Physiology, Environmental
Plants and the Environment
Scientific Writing
Seed Dormancy, Metabolism and Modeling

 

En fin de semaine et en période d’été, je suis des cours d’appoint en horticulture:

Light and Plant Development
Flower Biology and Plant Breeding
Plant Pathology, Intermediate
Seed Development, Dormancy and GerminationCe dernier cours est un des plus révélateurs dans ma vie caril me permettra d’apprendre d’arriver à écrire un protocolesur un moyen sur de faire germer toute semence viable.
Alpine Flora of Colorados
Arctic Flora of Alaska
Endemic species of Cascades Range
Forest Pathology
Grassland Science
Laboratory Experience in Plant Biology
Molecular Mechanisms of Photosynthesis
Plant Anatomy: Meristems, Cells, and Tissues of the Plant Body,
Plant Disease Management
Weed Science, Advanced

 

En 1982, je publie mon premier volume sur les campanules.

En 1985, je deviens conservateur d’Alpina Research, inventaire floral de plus de 2000 sortes d’alpines, et j’accumule plus de 4 600 tests de germination dans mes fonctions.

On a beau étudier beaucoup, mais il reste qu’il faut être en contact avec les spécialistes. Alors, je pars pour Seattle où le foyer de l’horticulture est ardent. Je côtoie Judith Jones qui m’initie aux fougères, Sue Allen aux éricacées et les bureaux de Microsoft à quelques kilomètres de Seattle et avec qui je fais mes premières armes sur un PC. Je commence alors à compiler la description de ce qui deviendra ma BD de quelques 18 600 différentes plantes. Et c’était le temps de créer ma propre entreprise de semences et de plantes alpines : MAVER dont J.C. Raulston, Raleigh, NC parlera de nos 2 700 différentes sortes de graines : Je contribue à des projets de recherches, dont le USDA (United States Department of Agriculture, Agricultural Research Service), en fournissant des semences.

Dans mes temps libres, je publie un ‘ZONE FINDER’ 90 pages, outil pour trouver une zone de rusticité pour une vivace donnée aux E.U. Encore disponible chez Abebooks et Amazon. En 1990, cette entreprise prend le nom de ‘The Seed Source’ offrant alors plus de 7000 sortes de semences :  On en fait alors mention sur United Press comme un record en offre de semences.

Pendant les 6 années passées dans les montagnes de la Caroline du Nord, je côtoyais Peter Loewer, qui a été consacré l’écrivain horticole de l’année publie dans Seeds: The Definitive Guide to Growing, History, and Lore (1996) écrit : Majella Larochelle, a gentlemen of my acquaintance, has long been a seed collector. Everywhere he goes, the seeds are not far behind.

 

Peter, éditeur associé pour la revue Carolina Gardener relate dans cette revue la construction d’un jardin de mousse que j’ai créé. Il m’invite également à publier un article pour le BBG (Brooklyn Botanical Garden, Loewer, Peter. (1988). Ornamental Grasses – Brooklyn Botanic Gardens. Ed, Barbara B. Psch. Brooklyn, N.Y: Editorial Committee of the Brooklyn Botanical Gardens, Inc.) sur la germination des graminées :

 

Près des Carolines, sont les états du Tennessee et de Georgia. À Athens en Georgia, Michael Dirr (Director of the University of Georgia Botanical Garden) me demande de collaborer à son livre, Je lui fournis donc mes notes d’expérimentation sur la germination des espèces ligneuses, arbres et arbustes. Pendant ce temps, à Chattanooga, TN, les anciens propriétaires de Coca-Cola font preuve de philanthropie environnementale en fournissant quelques millions  pour ériger un ‘Aquarium-biosphère‘ en quelque sorte un hybride entre un aquarium et une biosphère. Mon mandat dans ce projet de 42 millions de dollars est de récréer autour des aquariums 2 genres de forêts : la forêt laurentienne et la forêt du sud TVA (Tennessee Valley Authority). Alors, pendant un long été, je dirige une équipe à ramasser sur les 2 000 acres de la propriété de M. Coca-Cola, plantes, sol, mousses et lichens que nous installons dans les forêts autour des aquariums.

Puisqu’on ne peut pas offrir des milliers de semences sans savoir à quoi servent ces plantes en question, il faut que je me renseigne sur les usages humains de ces plantes. Qui de mieux que Sandy Mush Herb Nursery pour m’initier à des centaines d’usages de ces plantes : humain, nourriture, médicinal, herbes aromatiques, aromathérapie, cosmétique, pharmaceutique, amérindien… Ensemble nous avons ajusté leur inventaire à 78 sortes de thym dont les goûts ou les arômes sont aussi variés que le basilic : chocolat, orange, pomme, thaï, camphre…

 

VIVE LE QUÉBEC … HORTICOLE

Dès mon retour au Québec, je visite plusieurs producteurs horticoles pour tâter le pouls de l’industrie, ce qui me permet d’estimer comment je peux apporter ici ce qui était présent ailleurs. Quelques constats de réponse en 1993 :

les plantes alpines,

la technologie de la semence, (protocole sur A à Z)

la culture des plantes indigènes

et la phytosociologie en botanique.

J’ai eu la chance de participer à un congrès international sur la vivace organisée alors par l’IQDHO. Puis j’assiste à la fondation de FloraQuebeca, (1996)  qui est une association vouée à la connaissance, à la promotion et surtout à la protection de la flore et des paysages végétaux du Québec.

 

les plantes alpines,

Pour faire connaitre au Québec les plantes alpines, je décide de publier 3 articles dans la revue horticole FLEURS PLANTES JARDINS :

  • Des plantes pour la rocaille
  • Un paysage miniature
  • La rocaille redéfinie

Dans la revue QUATRE-TEMPS du Jardin botanique de Montréal, 2 articles :

  • La multiplication des plantes alpines et de rocaille (vol. 22, no 1)
  • Les petits jardins dans les auges

D’autres publications suivent à l’internationale

 

Par la suite, FLEURS PLANTES JARDINS et Québec vert publiera 2 articles sur mon implication ‘alpine’ dans le monde horticole au Québec.

Depuis 20 ans, je cultive à Gatineau et propage donc les plantes alpines avec un jardin de démonstration offrant plus de 500 taxons. Étant le seul producteur au Québec, je me fais connaître à travers différentes sociétés, dont la SPARQ (Société de plantes alpines et de rocaille du Québec). Twitter, Facebook and Word Press permettent aux intéressés du Québec et à l’internationale de se renseigner sur ces plantes, car j’offre en ligne plus de 200 articles et pas moins de 4000 photos. Ce qui devient une source unique de se renseigner sur leur culture, identification, entretien, propagation, recherche… Plus d’une société horticole ont offert mes services de conférencier à leurs membres. Les horticulteurs écrivains au Québec et les jardiniers du Jardin botanique de Montréal me contactent périodiquement. Une base de données en ligne mène à 3 400 entrées dont on offre des photos sur 1 500 alpines et des données de multiplication sur plus de 500 plantes alpines.

En plus des écrits, Radio-Canada me présente un topo sur les plantes alpines en auges, et René Petit me cite comme une aventure commerciale privilégiée.

 

La technologie de la semence, (protocole sur pour réussir à germer toute semence viable)

Continuant de produire en testant toutes les semences, mon expertise vient à l’oreille de commerces qui cherchent des fournisseurs de semences : W.H. Perron, Horticulture Indigo, Thompson and Morgan, b-and-t-world-seeds, Gardens North, Benary et Jelitto en Allemagne, ce dernier étant le plus gros et le premier fournisseur mondial de semences de vivaces. Il n’en fallait pas plus pour que je sois victime de ma popularité : la demande était plus forte que la production.

==== à développer =========

Et les aspects que je connais et que je pourrais rattacher :

  • Horticulture forestière
  • Technologie de la semence : horticulture et botanique, pépinière de productions

 

Botanique-Marjo-0918-rb (2)

  • (session de formation en botanique)
  • Botanique et Phytosociologie : BD (base de données)

….

RÉALISATIONS (liste partielle)

============

Site Meter

==============

Allo, (English will follow)

Si vous êtes une institution qui s’intéresse à l’étude des plantes alpines, ce message est pour vous.

Veuillez nous envoyer votre Index Seminum en échange.

Nous offrons à nouveau en 2014 un stage botanique.

Sur la multiplication des plantes alpines.

============

Hi,

We offer a seed trade to botanical gardens which grow and study alpines plants.

ALPINEGIUM, A/S Majella Larochelle, majella.larochelle@gmail.com

============

Saxifraga_Southside_S-ML_0610 (4)
============

Site Meter

 

==============

Que cherchez-vous sur notre site? – What are you looking for?

FOLLOW THE LINKS – CLIQUEZ SUR UN LIEN

Pour commander des semences d’alpines

  • PAGES AUXQUELLES VOUS POUVEZ VOUS ABONNER
  • RÉSEAUX SOCIAUX
  • Nous sommes sur facebook

Pour tout autre information: majella.larochelle@gmail.com

 

 

———————————-


Pour un substitut de pelouse nécessitant aucune tonte!


Pour acheter des semences – To buy seeds

—————————- ============

Site Meter



==============

À partir de l’école secondaire de l’île, nous marchons en direction est vers l’autoroute 50, en passant sous les viaducs de la rue Monclair. Nous voilà arrivés au Ruisseau de la Brasserie.

Avec Marjolaine Larivière, photographe
et traductrice à ses heures
, Micheline B. et Milaine S., nous repérons des dizaines de plantes de notre flore et nous commentons les différences botaniques, leur comestibilité et les applications en médecine naturelle. 

 

 


 

 

La faune ailée qui nous flirte

 

 

 

 


Les plantes

L’érable de Norvège se répand aussi en nature

 

Le chicot, Gymnocladus, est maintenant utilisé en ornementation

 

On dit que les fruits de la vigne vierge (Parthenocissus) ne sont pas comestibles

 

Un aster qui fleurit en septembre sur les berges
L’asclépiade incarnate est l’hôte du papillon Monarque
La saponaire servait à fabriquer le savon

 

L’alliaire nous vient d’Europe et a un goût d’ail


Les insectes

 


============

Pour profiter des randonnées:

Quoi :
excursion commentée
Endroit :
à venir
Date : selon
l’endroit de la randonnée, je vous aviserai 1 ou 2 jours avant la sortie.
Départ :
à venir
Heure :
à venir
Avec
qui : Majella Larochelle, botaniste, naturaliste et horticulteur
chevronné. Et plein d’autres invités(es).
 
SUJETS de
partage :
biodiversité de l’Outaouais, botanique (identification de la flore locale), entomologie,
ornithologie, usages culinaires ou médicinales des plantes, géologie, champignons…
chacun y apporte son expérience de vie.
 
Joignez-vous
au groupe afin de découvrir et de profiter des beautés et de la richesse de la
nature. Il reste peu de rencontres au programme avant l’hiver, aussi
profitez-en


Si vous avez
besoin de covoiturage, veuillez communiquer avec 
 
nous au 819 568-2949
et nous verrons à vous jumeler avec 
 
quelqu’un de votre coin.







 Vous pouvez aussi vous joindre à la

 PROCHAINE RANDONNÉEdimanche le 22 septembre, organisée par la COO




=======

D’autres sites sur la biodiversité:
entomologie, ornithologie, champignons, habitats spéciaux (Pontiac Station et Knox Landing), marais (Baie McLaurinThurso, Touraine …), parcs ou réserves écologiques (forêt Boucher) , Ville de Gatineau ( district des Hauteurs, quartier Deschênes, …) 

 

Site Meter

 

==============

Près de 190 sortes de plantes observées lors du bio-blitz du ruisseau de la Brasserie le 12 et 13 juillet 2013:
“Ruisseau de la brasserie
(13/07/2013, par Majella Larochelle) ”

Nom_Latin Nom_francais Statut

Acer negundo  érable à Giguère
Acer pennsylvanicum érable de Pennsylvanie
Acer rubrum érable rouge
Acer saccharinum érable argenté
Acer saccharum érable à sucre
Achillea millefolium achillée millefeuille
Acorus americanus acore d’Amérique
Agrimonia striata aigremoine striée
Alnus incana Rugosa aulne rugueux
Amphicarpaea bracteata amphicarpe bractéolée
Amphicarpaea bracteata amphicarpe bractéolée
Anemone cylindrica anémone cylindrique
Anemone virginiana anémone de Virginie
Arctium lappa grande bardane
Arctium lappa grande bardane
Arctium minus petite bardane
Argentina anserina potentille ansérine
Argentina anserina potentille ansérine
Arisaema triphyllum arisème petit-prêcheur
Artemisia vulgaris armoise vulgaire
Artemisia vulgaris armoise vulgaire
Asclepias incarnata asclépiade incarnate
Asclepias incarnata asclépiade incarnate
Bidens cernua bident penché
Bidens comosa bident en toupet
Bidens frondosa bident feuillu
Butomus umbellatus butome à ombelle
Carex typhina carex masette susceptible – S2
Calamagrostis canadensis calamagrostide du Canada
Capsella bursa-pastoris bourse-à-pasteur
Carex aquatilis carex aquatique
Carex brunnescens carex brunâtre
Carex canescens carex blanchâtre
Carex grayi carex de Gray
Carex intumescens carex gonflé
Carex laxiflora carex laxiflore
Carex typhina carex massette susceptible
Celastrus scandens bourreau-des-arbres
Cerastium fontanum subsp. vulgare céraiste vulgaire
Chamerion angustifolium épilobe à feuilles étroites
Cichorium intybus chicorée sauvage
Cicuta bulbifera cicutaire bulbifère
Circaea lutetiana circée du Canada
Cirsium arvense chardon des champs
Cirsium vulgare chardon vulgaire
Clematis virginiana clématite de Virginie
Conyza canadensis vergerette du Canada
Cornus alternifolia cornouiller à feuilles alternes
Cornus rugosa cornouiller rugueux
Crataegus sp. aubépine
Daucus carota carotte sauvage
Doellingeria umbellata aster à ombelles
Echinocystis lobata concombre grimpant
Echium vulgare vipérine commune
Elodea canadensis élodée du Canada
Elodea canadensis élodée du Canada
Epilobium hirsutum épilobe hirsute
Equisetum palustre prêle des marais
Equisetum pratense prêle des prés
Erigeron annuus vergerette annuelle
Eupatorium perfoliatum eupatoire perfoliée
Eurybia macrophylla aster à grandes feuilles
Euthamia graminifolia verge d’or à feuilles de graminée
Fragaria virginiana fraisier des champs
Fraxinus nigra frêne noir
Galeopsis tetrahit subsp. Tetrahit ortie royale
Galium aparine gaillet gratteron EEE (préoccupante)
Galium palustre gaillet palustre
Galium palustre gaillet palustre
Geum aleppicum benoîte d’Alep
Geum laciniatum benoîte laciniée
Glechoma hederacea lierre terrestre
Glechoma hederacea lierre terrestre
Hackelia virginiana hackélia de Virginie
Hemerocallis fulva hémérocalle fauve
Hydrocharis morsus-ranae hydrocharide grenouillette EEEO
Hydrocharis morsus-ranae hydrocharide grenouillette EEEO
Hypericum mutilum millepertuis nain
Impatiens capensis impatiente du Cap
Juglans cinerea noyer cendré “susceptible S3

Juncus effusus jonc épars
Juncus tenuis jonc tenu
Lactuca biennis laitue bisannuelle
Laportea canadensis laportéa du Canada
Lathyrus latifolius gesse à feuilles larges
Lathyrus latifolius gesse à feuilles larges
Lemna minor lenticule mineure
Leontodon autumnalis liondent d’automne
Leontodon autumnalis liondent d’automne
Leucanthemum vulgare marguerite blanche
Linaria vulgaris linaire vulgaire
Linaria vulgaris linaire vulgaire
Lobelia inflata lobélie gonflée
Lonicera canadensis chèvrefeuille du Canada
Lonicera tatarica chèvrefeuille de Tartarie
Ludwigia palustris ludwigie palustre
Lycopus europaeus lycope d’Europe
Lysimachia ciliata lysimaque ciliée
Lysimachia ciliata lysimaque ciliée
Lysimachia terrestris lysimaque terrestre
Lythrum salicaria salicaire pourpre EEEO
Maianthemum stellatum smilacine étoilée
Maianthemum stellatum smilacine étoilée
Medicago lupulina luzerne lupuline
Medicago lupulina luzerne lupuline
Medicago sativa subsp. sativa luzerne cultivée
Melilotus albus mélilot blanc
Mentha arvensis (incl. M. canadensis menthe aquatique
Myosotis laxa myosotis laxiflore
Myriophyllum spicatum myriophylle à épis EEEO
Nepeta cataria herbe à chat
Nepeta cataria herbe à chat
Nymphoides cordata faux-nymphéa à feuilles cordées
Oenothera biennis onagre
Oenothera perennis onagre vivace
Onoclea sensibilis onoclée sensible
Ostrya virginiana ostryer de Virginie
Parthenocissus quinquefolia vigne vierge à cinq folioles
Pastinaca sativa panais sauvage
Penthorum sedoides penthorum faux-orpi
Persicaria amphibia persicaire amphibie
Persicaria amphibia persicaire amphibie
Persicaria maculosa renouée persicaire
Phalaris arundinacea alpiste roseau
Phleum pratense fléole des prés
Physocarpus opulifolius physocarpe à feuilles d’obier
Populus balsamifera peuplier baumier
Populus tremuloides peuplier faux-tremble
Potentilla argentea var. argentea potentille argentée
Potentilla argentea var. argentea potentille argentée
Potentilla norvegica subsp. monspeliensi ( potentille de Norvège
Potentilla recta potentille dressée
Prunella vulgaris brunelle lancéolée
Prunus pensylvanica cerisier de Pennsylvanie
Prunus virginiana cerisier de Virginie
Pteridium aquilinum fougère-aigle de l’Est
Quercus macrocarpa chène à grandes feuilles
Ranunculus abortivus renoncule abortive
Ranunculus acris renoncule âcre
Rhamnus alnifolia nerprun à feuilles d’aulne
Rhamnus cathartica nerprun cathartique
Rhus typhina sumac vinaigrier
Rubus idaeus framboisier sauvage
Rumex acetosella subsp. acetosella petite oseille
Rumex britannica patience orbiculaire
Sagittaria latifolia sagittaire à larges feuilles
Salix bebbiana saule de Bebb
Salix discolor saule discolore
Salix nigra saule noir
Sambucus canadensis sureau blanc
Sanicula marilandica sanicule du Maryland
Schoenoplectus acutus scirpe aigu
Scirpus atrovirens scirpe noirâtre
Scirpus cyperinus scirpe souchet
Scutellaria lateriflora scutellaire latériflore
Silene vulgaris silène enflé
Sisyrinchium montanum bermudienne montagnarde
Solanum dulcamara morelle douce-amère
Solidago canadensis verge d’or du Canada
Solidago gigantea verge d’or géante
Solidago rugosa verge d’or rugueuse
Sonchus arvensis subsp. arvensis laiteron des champs
Sparganium eurycarpum rubanier à gros fruits
Sparganium eurycarpum rubanier à gros fruits
Spiraea alba var. latifolia spirée blanche
Stellaria graminea stellaire à feuilles de graminée
Symphyotrichum cordifolium aster à feuilles cordées
Symphyotrichum novae-angliae aster de Nouvelle-Angleterre
Symphyotrichum novae-angliae aster de Nouvelle-Angleterre
Symphyotrichum puniceum aster ponceau
Thalictrum pubescens pigamon pubescent
Thelypteris palustris thélyptère des marais
Tiarella cordifolia tiarelle cordifoliée
Tilia americana tilleul d’Amérique
Toxicodendron radicans herbe à puce
Tragopogon pratensis salsifis des prés
Tragopogon pratensis salsifis des prés
Trifolium agrarium trèfle agraire
Trifolium pratense trèfle rouge
Tussilago farfara tussilage pas-d’âne
Typha angustifolia quenouille à feuilles étroites
Typha latifolia quenouille à feuilles larges
Ulmus americana orme d’Amérique
Urtica dioica ortie dioïque
Verbascum thapsus grande molène
Verbena hastata verveine hastée
Viburnum acerifolium viorne à feuilles d’érable
Viola blanda violette agréable
Vitis riparia vigne des rivages

RANDONNÉES EN MONTAGNE: dans la région de Gatineau
à la recherche d’un partenaire pour effectuer des excursions à la recherche de plantes botaniques, médicinales, rares …
Pour personne avec un pied ferme en montagne… Exercice gratuit, horaire flexible en semaine, en matinée.

Envoyez un mail pour info! majella.larochelle@gmail.com

—————————-

Site Meter

==============

Et voice des suggestions d’Alsa Garden:

DES PLANTES INSECTICIDES

LES PLANTES ANTI-MOUSTIQUES, III Insecticide et naturel sont deux mots peu compatibles. Et pourtant il existe bel et bien des alternatives respectueuses de l’environnement et 100 % écologiques pour tenir les moustiques éloignés. La nature est bien faite, il suffit de la connaître, car en effet, on peut se passer des substances chimiques pour lutter de façon raisonnable contre les moustiques en utilisant des plantes ! Ces plantes anti-moustiques dites « insectifuges » possèdent un feuillage qui dégage une odeur permettant d’éloigner de manière efficace les insectes piqueurs comme les moustiques mais aussi les guêpes.

La verveine citronnelle (Aloysia citrodora), une plante anti-moustiques.

« Les moustiques n’aiment pas les odeurs citronnées » !

C’est prouvé et bien connu que les moustiques n’aiment pas les odeurs citronnées. Si l’huile essentielle de citronnelle (Cymbopogon citratus) est utilisée comme répulsif, en planter dans votre jardin, à proximité de votre terrasse sera tout aussi efficace. En effet, cette graminée doit à son odeur citronnée la capacité d’éloigner particulièrement bien les moustiques. Mais d’autres plantes qui exaltent un parfum citronné permettent de lutter contre les moustiques c’est le cas du thym citron, de la mélisse, du basilic citron, de la verveine citronnelle ou encore de l’eucalyptus.

La Mélisse officinale (Melissa officinalis), une plante anti-moustiques.

Le géranium odorant, l’exemple de l’Alsace ! 

L’Alsace a toujours été une région marécageuse à moustiques avant la création du canal d’Alsace,  qui draine maintenant les eaux du Rhin. Le meilleur anti-moustique que les Alsaciens aient trouvé, est une plante insectifuge, le fameux géranium (Pelargonium). L’odeur particulière de ses feuilles et de ses fleurs crée un véritable barrage aux moustiques et autres insectes présents dans la région. C’est pourquoi depuis plus de cinq siècles le géranium fleurit sur les maisons alsaciennes. D’ailleurs, le géranium au même titre que les maisons à colombages est devenu un des emblèmes de l’Alsace. Aussi appelé Pélargonium dans le jargon professionnel, le géranium se décline dans une multitude de parfums, de quoi convenir à toutes les préférences. Son odeur fortement marquée déplait fortement aux moustiques et aux guêpes. Ainsi, la plantation de cette plante dans vos balconnières ou à proximité de votre terrasse constitue une très bonne solution contre les moustiques.

Géraniums, l’anti-moustiques Alsacien !

D’autres plantes anti-guêpes et anti-moustiques !

L’Absinthe : Son odeur repousse efficacement les moustiques et les guêpes. En petits bouquets séchés et disposés dans toute la maison, elle éloignera toutes sortes d’insectes de votre intérieur.

Le tabac d’ornement : Son odeur marquée possède la particularité d’être plus forte le soir venu. De plus, la hampe florale est collante, elle peut même capturer des insectes légers comme les moucherons ou moustiques. Cette plante vivace peut se cultiver aussi bien en pot, qu’en massif.

La lavande : Ornementale et multi-usages, si la lavande attire les insectes butineurs, son odeur très singulière déplait fortement aux guêpes et aux moustiques.

 

Lavande, une plante anti-guêpes et anti-moustiques.

Et vous, comment faites vous pour éloigner les guêpes et les moustiques ? Connaissez-vous d’autres plantes répulsives ?

—————————-


Site Meter

==============
 

=======================
Germination  –
Tests sur plantes menacées ou à statut très précaire, indigènes du Québec et Canada.
=======================
Toutes les semences présentées ici ont été récoltées avant 2010. 

…………………..

Achillea alpina

…………………..
Agastache nepetoides
Germe en 5 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit

……………………

Arabis hirsuta
5-8j.90(22°Cj-18°Cn)_L(a6m) en 2 occasions, ce qui veut dire:
Germe en 5-8 jours à 90%, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 6 mois
………………………
Arisaema dracontium
…………………………..…….
Aristida purpurascens
……………………………………..

Aristolochia clematitis

…………………………………..
Arnica fulgens
Germe en 5 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit, sans autre traitement.
…………………….
Arnica chamissonis
Germe en11 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit, avec une lumière constante, pour des semences âgées de 5 mois.
……………………………………
Arnica griscomii ssp. frigida

Germe en 9 jours à 50%, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois

Notez la différence du feuillage avec l’Arnica chamissonis
……………………………
Arnica fulgens (Saskatchewan)

Germe en 5 jours à 22°C le jour sans autre traitement

………………………….
Asclepias exaltata

Germe en 8 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois

………………………….
Asclepias tuberosa interior

Germe en 7 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois

……………………………
Carex laxiculmis copulata
…………………………………
Ceanothus americanus

Germe en 12 jours à 22°C le jour sans autre traitement

……………………………..
Celtis occidentalis
…………………………..

Echinacea pallida

Germe en 7 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois

……………………………

Erigeron compositus

Germe en 7 jours à 50%, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois

………………………….
Eurybia divaricata
Germe en 10 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit
………………………….
Heuchera americana
Germe en 6 jours à 95%, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois

……………………………………
Hydrastis canadensis
……………………………………….
Hydrophyllum appendiculatum
………………………………………………………
Monarda punctata var. villicaulis
Germe en 6 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 3 mois.
…………………………….
Muhlenbergia richardsonii

Germe en 5 à 22°C le jour sans autre traitement

…………………………….
Peltandra virginica
Développement de bulbes par pré-germination, sortis de l’entreposage au froid
………………………………
Physostegia virginiana
Germe en 11 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit
………………………………
Phytolacca  americana
Germe en 7 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 4 mois
…………………………………..
Polemonium vanbruntiae
……………………………
Pycnanthemum villosum

Germe en 7 jours 22°C le jour sans autre traitement

……………………………
Pycnanthemum virginianum

Germe en 12 jours 22°C le jour sans autre traitement

……………………………
Ranunculus sulphureus

Germe en 8 jours, à une température de 22°C le jour et 18°C la nuit), avec une lumière constante, pour des semences âgées de 5 mois
Note: on reconnait que cette espèce germe sporadiquement. Sur la photo les cotylédons sont albinos.

……………………………
Ratibida pinnata

Germe en 5 et 8 jours dans 2 tests à 22°C le jour sans autre traitement

……………………………
Solidago ptarmicoides
Germe en 5 jours 22°C le jour sans autre traitement
……………………………
Sporobolus heterolepis
Germe en 6 jours 22°C le jour sans autre traitement

……………………………
Staphilea trifolia

………………………………..

Plusieurs photos, espèces et données seront ajoutés bientôt
(crée par Majella Larochelle le 24 janvier 2010,
édition du 12 mars 2010)

BlogsAnnuaire QuébecSite MeterAu jardin, conseils en jardinage

………….

 

(ENGLISH: you can read this message with Google Translateou si vous n’êtes pas intéressé à ces messages sur l’horticulture,

envoyez un message à majella.larochelle@gmail.com)


Vous pouvez choisir les vivaces

 selon les conditions de culture:

  • le sol
  1. l’humidité ou l’arrosage:  sol très sec, sol secsol fraissol qui ne se dessèche ni ne sèche jamais complètement (arrosage mésique), sol humide, sol trempé
  2. la texture et le drainage
  3. la richesse et fertilité: pour un jardin pauvre et sec (Provence), un sol riche avec matière organique
  4. le pH (le degré d’acidité ou d’alcalinité)

    clôture-muret avec des alpines insérées dans des pierres en tuf (photo de Jans Alpines)


Autres articles populaires (par ordre d’importance):

plantes à feuillage persistant

couvre-sols

la stratification des semences pour une germination assurée

Les vivaces qui remplacent la pelouse, donc pas de tonte


Pour voir tous les photos sur notre facebook,abonnez-vous
ou visitez notre galerie descriptive de 1300 photos

photo d’Adrian Young, conservateur mondial des Saxifraga

Cultiver les alpines à son meilleur!


Pour regarder notre base de données en construction sur les plantes alpines, 3300 noms et plus.

Tests de germination:  1400 résultats de tests

Nous échangeons également des semences rares (et de plantes envoyées au  seulement Canada).

Bon jardinage!

(cet article qui a pour but de vous renseigner sur les utilisations des plantes vivaces n’a pas de lien commercial, mais si vous désirez vous en procurer, cliquez sur ce lien.)

 


Site Meter

==============

Search
Categories
Links: