Pourquoi jardiner

Les motivations des jardiniers et les plantes vivaces ?

Par Majella Larochelle

Concernant nos choix de plantes vivaces pour notre jardin et la manière de les utiliser, chacun de nous a ses idées personnelles sur les rôles qu’une plante vivace doit fournir dans notre jardin.

Parfois, on achète sur l’impulsion du moment, sans but précis : les catalogues nous suggèrent ces sélections comme «accroche cœur».

Bien sûr, il y a le collectionneur avec son méli-mélo de plantes rares auxquelles sont rattachées des étiquettes de noms alignées comme dans un cimetière.

Par ailleurs, certains achètent sans but précis. D’autres personnes, avec un but ou des buts. Ce peut être pour l’aménagement d’un jardin alpin, d’un jardin de style ancien avec des plantes de nos grands-mères, d’un jardin aquatique ou pour la confection de la bordure d’une entrée d’auto. Dépendant de ce qu’on décide de faire, on peut opter pour des vivaces aux floraisons très colorées, avec un beau feuillage à l’automne, ou pour faire un paysage miniature en contenant comme une auge. On peut acheter des bulbes à planter à l’automne pour une floraison printanière ou des bulbes pour une floraison estivale.

Il y a des plantes vivaces pour tous les goûts : des vivaces sans entretien pour placer au chalet, des floraisons et des feuillages pour la décoration des gros bacs ou des corbeilles suspendues et des plantes pérennes pour implanter un couvre-sol dans les endroits difficiles, surtout si nous désirons un tapis de verdure. On peut décider de laisser courir une plante vivace entre des dallages. Entre autres, des spécimens sont idéals pour des pentes raides, des talus, des éboulis constitués par des amas de gravier pierreux sec ou des moraines composées de gravier humide. On peut aussi placer certaines vivaces dans des fissures, dans des crevasses, des niches ou des couronnes de muret, voire entre les pierres des murets. Il y a quelques années, j’ai fait un jardin de plantes vivaces dans le sable et j’ai eu de bons résultats. Par exemple, les plantes vivaces basses peuvent servir pour l’aménagement d’une rocaille ou comme couvre-sol en remplacement de la pelouse.

La confection d’un jardin miniature avec la joubarbe ‘Red Beauty’ (Sempervivum ‘Red Beauty’). Photo : Rock Giguère.

Il y en pour tous les goûts. Les enfants voudront avoir des plantes faciles à cultiver dans la cour d’école ou bien une vivace géante ; ces vivaces doivent être vigoureuses, voire envahissantes.

Le nez ou le palais fin, regardera pour une fleur odorante ou comestible, un feuillage aromatique, des plantes qui donnent des fruits. Sans oublier de mentionner qu’il existe des vivaces mellifères.

Un feuillage décoratif : l’orpin de Takeshima Atlantis™ (Sedum takesimense Atlantis™ ‘Nonsitnal’ PP27454).

Certaines personnes aiment les fleurs bleues comme celles de l’iris à crête naine (Iris cristata). Photo de Rock Giguère dans son jardin.

Moi, j’aime les feuillages colorés, le bleu, le jaune et le panaché. Entre autres, nous pouvons faire des jardins de lumière avec les feuillages d’heuchère ou de soir avec des plantes qui ne fleurissent qu’en soirée. Même vert, le feuillage de certaines rodgersies (Rodgersia) est décoratif par sa grosseur, sa forme ou sa texture.

Si vous possédez un boisé, il y a des vivaces de sous-bois. Nous pouvons faire un jardin de fougère, de mousses, un jardin d’ombre dense ou tout simplement un aménagement d’indigènes.

Pour un fossé, il y a des vivaces qui aiment avoir les pieds dans l’eau.

Pour toutes sortes de lieux, on y trouve son compte, pour un lot vacant, pour un pré fleuri, pour la lande comme disent les français et pour la taïga au grand Nord. Ce sont des bonnes occasions pour naturaliser, pour faire de la restauration sur les berges ou rivages. Notre pré fleuri évoque la pelouse alpine dans les Alpes, quoique cette dernière est faisable dans nos Laurentides.

J’aime aussi les vivaces au feuillage persistant, celles aux fruits à sécher, les graminées, les vignes et les grimpantes, les massives qui servent d’écran, voire de haie. Il y a aussi les vivaces d’arche, de pergola ou de clôture.

Certaines vivaces sont tellement particulières, grosses ou différentes que nous les employons comme spécimen, comme centre d’attraction. Si elles sont de taille appropriée et que nous aimons leur effet nous pouvons les regrouper en talles de 3, 5, 12 ou plus, sinon on les utilise en platebande de style français, anglais, québécois ou autres.

Aux deux extrêmes, on trouve des vivaces de tourbière et des vivaces pour les endroits secs comme un toit végétal, Des vivaces de xéropaysage (endroits très très sec) sont aussi disponibles.

Pour la cuisine, il y a des vivaces dont certaines parties de la plante sont comestibles, médicinales ou nutraceutiques, des vivaces à breuvage, etc.

L’ethnobotanique nous a appris que des plantes vivaces sont utilisées dans des rituels culturels, religieux ou pour faire de l’artisanat dans le cadre d’une confection d’objet ou pour la fabication d’une teinture.

J’essaie de connaître les vivaces qui sont toxiques, question de faire attention et d’expérimenter avec des plantes dites horti-thérapeutiques : en effet, la fragrance de la lavande est connue pour aider à la mémoire ainsi que faire des activités dans des centres pour personnes âgées ou déshabilitées. Je peux me servir d’une feuille séchée, d’une branche fleurie, de fruits verts ou secs pour faire un centre de table, un bouquet, une carte de souhait, une décoration murale, etc …

À part ces utilisations de la vivace, quand on les choisit, on doit aussi penser à leur environnement :

  • dans quel sol la vivace pousse ;
  • sa rapidité de croissance ;
  • si elle résiste au vent, au froid, aux chevreuils, aux limaces, etc. ;
  • si elle attire les oiseaux, les pollinisateurs :
  • la couleur de la fleur, l a période de floraison ;
  • et bien d’autres considérations.

Cet exercice de bien connaître et décrire les vivaces ainsi que leurs divers rôles, je dois le faire à tous les ans pour les textes de mon catalogue, question de mieux répondre à la demande et pour aider les amateurs de vivaces à choisir la plante appropriée à leurs besoins.  

Jardin de toit. Photo de Rock Giguère à The Oregon Garden.

Majella Larochelle est l’un des rares producteurs et spécialistes de de plantes alpines au Québec.