Archive for June, 2013

Et voice des suggestions d’Alsa Garden:

DES PLANTES INSECTICIDES

LES PLANTES ANTI-MOUSTIQUES, III Insecticide et naturel sont deux mots peu compatibles. Et pourtant il existe bel et bien des alternatives respectueuses de l’environnement et 100 % écologiques pour tenir les moustiques éloignés. La nature est bien faite, il suffit de la connaître, car en effet, on peut se passer des substances chimiques pour lutter de façon raisonnable contre les moustiques en utilisant des plantes ! Ces plantes anti-moustiques dites « insectifuges » possèdent un feuillage qui dégage une odeur permettant d’éloigner de manière efficace les insectes piqueurs comme les moustiques mais aussi les guêpes.

La verveine citronnelle (Aloysia citrodora), une plante anti-moustiques.

« Les moustiques n’aiment pas les odeurs citronnées » !

C’est prouvé et bien connu que les moustiques n’aiment pas les odeurs citronnées. Si l’huile essentielle de citronnelle (Cymbopogon citratus) est utilisée comme répulsif, en planter dans votre jardin, à proximité de votre terrasse sera tout aussi efficace. En effet, cette graminée doit à son odeur citronnée la capacité d’éloigner particulièrement bien les moustiques. Mais d’autres plantes qui exaltent un parfum citronné permettent de lutter contre les moustiques c’est le cas du thym citron, de la mélisse, du basilic citron, de la verveine citronnelle ou encore de l’eucalyptus.

La Mélisse officinale (Melissa officinalis), une plante anti-moustiques.

Le géranium odorant, l’exemple de l’Alsace ! 

L’Alsace a toujours été une région marécageuse à moustiques avant la création du canal d’Alsace,  qui draine maintenant les eaux du Rhin. Le meilleur anti-moustique que les Alsaciens aient trouvé, est une plante insectifuge, le fameux géranium (Pelargonium). L’odeur particulière de ses feuilles et de ses fleurs crée un véritable barrage aux moustiques et autres insectes présents dans la région. C’est pourquoi depuis plus de cinq siècles le géranium fleurit sur les maisons alsaciennes. D’ailleurs, le géranium au même titre que les maisons à colombages est devenu un des emblèmes de l’Alsace. Aussi appelé Pélargonium dans le jargon professionnel, le géranium se décline dans une multitude de parfums, de quoi convenir à toutes les préférences. Son odeur fortement marquée déplait fortement aux moustiques et aux guêpes. Ainsi, la plantation de cette plante dans vos balconnières ou à proximité de votre terrasse constitue une très bonne solution contre les moustiques.

Géraniums, l’anti-moustiques Alsacien !

D’autres plantes anti-guêpes et anti-moustiques !

L’Absinthe : Son odeur repousse efficacement les moustiques et les guêpes. En petits bouquets séchés et disposés dans toute la maison, elle éloignera toutes sortes d’insectes de votre intérieur.

Le tabac d’ornement : Son odeur marquée possède la particularité d’être plus forte le soir venu. De plus, la hampe florale est collante, elle peut même capturer des insectes légers comme les moucherons ou moustiques. Cette plante vivace peut se cultiver aussi bien en pot, qu’en massif.

La lavande : Ornementale et multi-usages, si la lavande attire les insectes butineurs, son odeur très singulière déplait fortement aux guêpes et aux moustiques.

 

Lavande, une plante anti-guêpes et anti-moustiques.

Et vous, comment faites vous pour éloigner les guêpes et les moustiques ? Connaissez-vous d’autres plantes répulsives ?

—————————-


Site Meter

==============
 

 

Pour tout comprendre sur les toits verts et les vivaces à utiliser

ToitVert_TouM ToitVert-MKintgen

et sur Facebook

—————————-


Site Meter

==============

Pour connaître les plantes alpines au Québec, visiter le site

Je ne pense pas qu’on déguste le parfum d’une fleur: je la sens en premier avec mon odorat et je mange son arôme avec ma bouche.

La plupart du temps, je peux déguster les pétales fraîches des fleurs suivantes, liste non exhaustive bien entendu car on pourrit élaborer sur les hémérocalles par exemple.

Les fleurs que j’aime goûter sont:
Achillea ptarmica ‘Boule de Neige’ (The Pearl)
Adenophora liliifolia
Adenophora remotiflora
Agastache foeniculum
Agastache rugosa
Alcea ficifolia
Alcea rosea Chaters – mix/mélange
Alcea rosea Nigra
Alcea rosea Queeny Purple
Allium cernuum
Allium kermesinum
Allium prostratum
Allium rosenbachianum
Allium schoenoprasum
Allium schoenoprasum sibiricum
Allium senescens montanum
Anchusa capensis Blue Angel
Aquilegia canadensis
Aquilegia vulgaris
Asclepias exaltata
Asclepias Ice Ballet
Asclepias incarnata
Asclepias tuberosa
Bellis perennis Bellissima – red
Campanula cochlearifolia
— collina
— glomerata
— glomerata Acaulis
— hofmannii
— lactiflora Pritchard
— latifolia
— moravica
— nitida
— patula
— persicifolia
— persicifolia ‘Alba’
— poscharskyana
— punctata
— punctata alba
— pyramidalis
— raineri
— rotundifolia
— scheuchzeri
— speciosa
— takhtadzhianii
— thyrsoides
— trachelium
— trachyphylla
— versicolor
Dianthus Allwoodii Alpinus
— amurensis
— arenarius
— deltoides Flashing Light
— furcatus
— glacialis
— gratianopolitanus Purpur Konig
— Grenadin King of Blacks
— Grenadin rouge/red
— haematocalyx pindicola
— japonicus Albiflorus
— pavonius
— plumarius Spring Beauty
— superbus alpestris (ssp)
— superbus longicalycinus
Edraianthus pumilio
Edraianthus serpyllifolius
Filipendula ulmaria
Filipendula vulgaris
Geranium phaeum Variegatum
Gladiolus imbricatus
Hemerocallis fulva
Hemerocallis middendorfii
Hemerocallis minor
Hemerocallis Stella d’Oro
Hemerocallis x-Hybrids
Hosta x Hybrides
Jasione montana
Lavandula angustifolia ‘Munstead’
Leucanthemum Alaska
Leucanthemum Crazy Daisy
Leucanthemum Silver Princess
Lilium canadense
Malva sylvestris Zebrina
Monarda Panorama – Mix
Origanum vulgare
Phyteuma nigra
Platycodon grandiflorum – Sport
Primula amethystina
— auricula
— auricula Hybrides
— auriculata
— bella
— bulleyana
— calderiana
— capitata
— cortusoides
— edelbergii
— farinosa
— glaucescens
— halleri
— japonica – rouge
— marginata
Salvia sclarea
Tradescantia virginiana

Viola corsica
— forrestiana
— jooi X pumilio
— nigra
— pedata
— pubescens
— reichenbachiana
— suavis

La plupart du temps seulement les pétales ont bon goût, ce qui veut dire qu’il faut enlever le pistil et les étamines.

Tantôt les pétales sont croqués fraîches, tantôt elles sont cristallisées avec du sucre et tantôt farcies quand elles sont plus grosses.

Elles sont déjà un atout décoratif dans la présentation de votre assiette.

Pour quelques vivaces, je fais sécher les pétales en couches alternées de sucre et de morceaux de pétales. Une fois séchées on peut briser en petits morceaux de pétales et les mélanger au sucre ou au sel dépendant de l’arôme de cette vivace.

Lorsque je prépare les pétales à sécher, je garde quelques pétales de certaines sortes de vivaces pour les congeler dans des glaçons que l’on ajoute aux boissons froides pour des besoins futurs.

Bon appétit

Search
Categories
Links: